Vous voulez en savoir plus sur casier judicaire ? Voici des billets qui vous permettront d'en savoir plus

24
Jan

Le droit à l’oubli : Google 1 – 0 Espagne

Tout d’abord, si vous ne savez pas ce qu’est la charte du droit à l’oubli, je vous conseille de faire un tour rapide par ici

Cette fois, c’est l’Espagne qui râle. L’équivalent de la CNIL espagnole a demandé expressément à Google de retirer tout ce qui concerne les historiques des casiers judiciaires. En effet, vous pouvez comprendre que d’avoir tuer Mamie il y a 6 mois, ca peut poser souci pour la recherche d’un boulot.

Plus sérieusement, Google ne se considère pas fautif car il n’est pas responsable du contenu posté sur les pages webs et que seuls les éditeurs sont à blamer. Ce à quoi l’Espagne répond qu’en cas de monopole de la recherche internet, des efforts doivent être fait.

Google, en signe de fausse compassion, accepte de retirer de l’indexation et du cache les requêtes sur les casiers judiciaires uniquement si le site originaire de ces divulgations les retire et comme il me semble que la divulgation de telles informations est illégale, le retrait n’est pas prêt d’être effectué.

Donc résumons, Google a :

– Nos emails
– Les détails de notre vie privée
– Nos coordonnées bancaires
– Nos listes de contact
– Nos logs de discussions
– Nos casiers judicaires
– Le pouvoir de vie ou de mort concernant un site web.

Oops ?